Le signe du Taureau
Ce mois-ci, nous vous proposons quelques clefs de compréhension du fonctionnement des natifs du signe du Taureau. Que se passe-t-il astronomiquement parlant pour les natifs de ce signe ? Oui, l'astronomie peut permettre un éclairage intéressant sur la dynamique des Signes astrologiques !
  Le mois du Taureau : le jour croît et la nuit va vers son minima qu'elle atteindra à la fin du mois des Gémeaux.
Le mois dernier nous avions évoqué la dynamique de conquête du Bélier sous-tendue par la logique astronomique liée au rythme solaire. En effet, les jours à partir du signe du Bélier sont dominants en durée par rapport aux nuits et leur croissance va crescendo. Cette dynamique solaire favorisera donc les natifs du Bélier à une grande extraversion, un besoin d'affirmation, de conquête sur les forces nocturnes (tout ce qui empêche de faire la lumière sur soi). Dans la logique zodiacale le signe compense en général les excès du signe qu'il suit. Ainsi le Taureau compensera les excès d'extraversion, de conquête, d'emballement du Bélier en tempérant ses ardeurs conquérantes et parfois conflictuelles. Les Taureau se montreront plus diplomatiques que les Bélier sur ce point, plus mesurés dans leurs ardeurs printanières.

Ceci étant dit, les Taureau restent néanmoins concernés par cette dynamique solaire de croissance du jour. Ils seront donc, comme leurs frères de saison les Bélier, d'une humeur plutôt excitable mais davantage concentrée durablement sur ce qui les motive. Ils seront donc plus vifs qu'impulsifs et capables de réactivité toujours étonnante malgré leur côté tranquille, voire placide. Ils ont souvent le sens de la répartie, une facilité déconcertante à manier les codes en usage, manière très printanière de vivre leur excitabilité de saison et de ne pas se laisser prendre au piège des us et coutumes. Le naturel, l'intelligence instinctive, l'emportent bien souvent sur les conformismes sociaux et culturels, de fait, les Taureau peuvent se montrer réfractaires, indifférents aux idées nouvelles, idéologies ambiantes ou agitations mondaines. Harvey KEITEL natif du Taureau, déplore que "nous abandonnons trop tôt dans la vie notre nature animale, nous l'enfermons dans des vêtements bien avant d'en avoir fini émotionnellement et spirituellement. Et d'ailleurs nous devons toujours faire avec".

Moins impulsifs et changeants dans leurs centres d'intérêt que les Bélier, les Taureau seront capables de soutenir un effort longtemps et de doser celui-ci pour ne pas s'éparpiller, semer à tout vent (comme pourront le faire les Gémeaux) par crainte de ne plus rester fidèle à leur ambition du moment. A ce titre, ils pourront d'ailleurs se montrer fermes et réfractaires à tout ce qui ne correspond pas à leur voie d'élection : ils veulent savoir où ils mettent les pieds, et leur voie trouvée, ils creuseront leur sillon avec patience et détermination.

Ce n'est pas l'acteur Harvey KEITEL, une fois de plus, qui nous démentira lorsqu'il affirme que "...chacun doit trouver ce qui marche pour soi et s'y tenir". Ni Jean GABIN, autre natif du Taureau, pour qui la constance et l'opiniâtreté vaut aussi pour l'amour, comme le relate le biographe André BRUNELIN à son propos : "Dès que Dominique entra dans la vie de Jean [Gabin], plus aucune femme n'exista pour lui...".

Voilà quelques traits de la dynamique des Taureau, qui seront à nouveau compensés par la logique du Signe suivant : les Gémeaux. Ceux-ci réagiront à la concentration et au flegme du Taureau, par une extrême ouverture. Multiples, plein de projets, de rêves, de passions, d'activités, les Gémeaux sont d'une excitabilité diffuse, conforme à la logique du cycle solaire qui atteint son maxima en cette saison. Le monde sera perçu pour les Gémeaux comme un vaste espace quasi illimité à explorer... Nous évoquerons donc en la décrivant un peu plus la dynamique printanière de fin de saison des Gémeaux dans notre prochaine LettreÉ

Patrick LeGwen